Non classé

Un pas de géant !!!

Le marché de Turrialba
Le marché de Turrialba

Cela fait presque trois semaines que nous sommes turrialbeños… c’est dire si l’on se plaît à Turrialba ! C’est une petite ville charmante où le calme qui y règne et la sympathie de ses habitants nous font vraiment ressentir la ”Pura Vida”. On y croise peu d’expatriés et c’est tant mieux ! On a vraiment à coeur de réussir notre intégration, alors on s’ astreint à s’ exprimer exclusivement en espagnol… et on progresse de jours en jours !

L’impasse dans laquelle nous vivons en ce moment

Chaque semaine, notre rituel est de nous rendre au marché, lequel est situé sur un ancien chemin de fer, surplombé par une rangée de palmiers géants. On y trouve de beaux fruits et légumes, mais malheureusement il n’y a qu’un producteur certifié organique. Quoi qu’il en soit, le Costa Rica c’est quand même le rêve quand on aime les fruits ! Bananes, mangues, papayes, ananas, ramboutans, caramboles, fruits de la passion… et d’autres fruits que l’on découvre avec bonheur comme la guanabana (corossol) qui est d’une douceur incroyable !

Notre marché de vendredi

Qui a dit que les français étaient obsédés par la (bonne) bouffe ? Si peu voyons… en fait si, on doit bien l’admettre. Et c’est dans un élan d’hédonisme culinaire que nous sommes partis en quête du Graal : un fromage digne de ce nom dans une région qui ne connaît que le fromage spongieux et sans saveur… une mission pour le moins difficile il est vrai. C’est ainsi que nous partîmes sur notre fidèle destrier… tatata ! Euh, en bus plutôt, à la Feria del Queso, foire annuelle qui rassemble les producteurs de fromage de la région. L’unique artisan fromager local qui confectionne des fromages à base de lait cru et fortement inspiré par les traditions franco-suisses s’appelle Le Chaudron. Bien qu’ils donnent des noms distingués à leurs fromages tels que Tomme, Reblochon ou Raclette, la saveur de l’ensemble de leur gamme se résume en une déclinaison du Port-Salut. Autrement dit, il n’est pas donné de surprendre un palais nuancé, exigeant… pour ainsi dire français. Rendez-vous bien compte que, malgré ces sévères critiques formulées à leur encontre, les fromages Le Chaudron sont d’un raffinement rare par rapport à ce que l’on trouve ici. Nous ne pouvons qu’encourager ces artisans à poursuivre leur activité et nous espérons que leur succès inspirera d’autres fromagers à passer au lait cru.

Se déplacer au Costa Rica peut paraître compliqué en l’absence de trains et les routes étroites sont par endroit peu entretenues. Une des deux options qui s’offre à nous est de prendre des taxis qui sont idéaux pour de très court trajets en toute sécurité. Attention cependant à monter dans un taxi agréé par l’État sinon en cas d’accident, pas d’assurance ! Nous évitons les trajets de plusieurs heures car ils coûtent très cher. Le véritable moyen de déplacement est l’autobus dont le réseau couvre l’ensemble du pays. À partir de la capitale San José pour nous rendre dans un village de montagne nous pouvons prendre un premier bus jusqu’à la grande ville la plus proche puis de là bas prendre un second bus local jusqu’au village en question. Le même trajet coûtera pour l’ensemble environ 5 euros en bus comparé au taxi dont le montant peut varier et dépasser 100 euros en quelques heures. Les Ticos sont des gens pour la plupart polis et aimables. Le conducteur demandera aux voyageurs de céder leur place aux personnes handicapées, âgées et femmes enceintes. Toutefois quand il n’y a plus de place pour s’asseoir les voyageurs se retrouvent debout dans le couloir de l’autocar et même si les chauffeurs conduisent prudemment les routes qui serpentent en montagne peuvent vous rendre malade… c’est du vécu !

Cela fait maintenant six mois que Gwen est enceinte et elle a eu un deuxième rendez-vous avec Rebecca, sage femme expérimentée et co-fondatrice de  Mamasol, association qui milite pour une prise en charge plus humaine des femmes durant l’accouchement. Au vu des analyses et examens médicaux, la grossesse se déroule pour le mieux et, hors contretemps de dernière minute, il est prévu que l’accouchement ait lieu à domicile, dans une piscine gonflable prévue à cet effet, avec l’aide de Rebecca. En toute prudence nous ne serons pas bien loin de l’hôpital. Notre futur petit gars est bien actif, c’est assez impressionnant de voir ses mouvement à travers le ventre, et chose étonnante, il est déjà bien installé avec la tête en bas.

20160725_104007
Le mignon chalet, qui nécessite un bon rafraichissement

Après l’échec du volontariat nous avons dédié ce mois de Juillet à la préparation de notre avenir. Au delà de la formation certifiante  de design en permaculture à laquelle nous participons en Août et l’accouchement de Gwen prévu en Octobre il faut organiser notre installation définitive dans ce pays tant de manière administrative que physique. Nous avons donc commencé de manière soutenue la recherche d’un terrain pour construire notre éco-logis. La première visite d’une maison située dans un terrain montagneux escarpé nous a permis de mieux qualifier nos critères de recherche : un terrain sur un haut plateau en sommet de montagne entre 1000  et 1400 mètres d’altitude. Objectif : suffisamment d’espaces plats pour y construire des écodômes, de l’air pur, moins de risques de contaminations de pesticides, et une vue, élément indispensable pour un projet d’éco-tourisme. Nous avons ainsi écumé les sites d’annonces durant des semaines en nous focalisant sur des propriétés à proximité de Turrialba. Les prix aléatoires, les nombreux intermédiaires, les avertissement contre les arnaques et les récits d’abus commis par des notaires corrompus ne nous ont pas découragé. Nous avons contacté une agence immobilière qui nous a fait visiter trois propriétés, dont une qui avait retenu notre attention sur internet. Notre intuition était bonne : nous avons réellement eu le souffle coupé quand nous sommes arrivés sur la propriété en question ! En sommet de montagne, à l’écart du village le plus proche un joli chalet rustique se dresse sur un haut plateau au bord d’une route en graviers et derrière elle s’étendent plus de sept hectares de pâturages. Quelques arbres éparpillés abritent des chevaux mais rien ne vaut le superbe panorama sur la vallée et les montagnes en face. Cette propriété étant une véritable opportunité, correspondant en tous points à notre rêve, nous avons succombé devant tant de beauté et en un pas de géant nous venons de signer une promesse d’achat lundi 25 Juillet !

Un petit aperçu de la vue sur les pâturages et les montagnes du Talamanca

Bon sinon les amis vous nous manquez quand même ! (ce coup-ci c’est vrai 😘)

On a bien hâte d’aménager ce bout de paradis pour vous y accueillir !

Published by Gwenola

38 ans, bretonne à tendance baroudeuse, photographe et communicante, hédoniste convaincue, maman comblée, passionnée et enthousiaste !

5 thoughts on “Un pas de géant !!!”

  1. Catherine says:

    Ah oui, c’est une belle avancée vers l’avenir, ça ! J’ai une carte du CostaRica dans mes favoris, je mets une croix pour un futur voyage ! Bonne continuation dans cette installation, on pense à vous … Bises

  2. Zackarielle says:

    Wow! Félicitations les amis et merci de nous faire partager vos aventures !

    Peut-être qu’à long terme vous pourrez vous mettre à la confection de fromage avec de tels pâturages 🙂
    Bises à vous trois.

  3. angélique says:

    Waouh super….Je suis contente pour vous…peut être que votre mésaventure avec le volontariat n’avait que pour objectif de vous menez vers ce terrain….il n’y a pas de hasard 😉
    Pura Vida

  4. Clément says:

    Ho !
    Elle est magnifique la maison, et puis ce terrain…
    Mes félicitations pour votre avancement =)

  5. Françoise Suissa says:

    quel plaisir d’avoir de tes nouvelles et d’apprendre que tout va bien
    Chez Astrée ça roule ! Laetitia est vraiment une bonne recrue .
    Continue à nous faire partager tes aventures !
    je t’embrasse
    Françoise

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *