Écologie

Réduire ses déchets au Costa Rica (ou ailleurs)

Pays résolument vert par le nombre d’espaces naturels préservés et la richesse de sa biodiversité  le Costa Rica est néanmoins un pays en voie de développement, avec tous les travers que cela comporte. Augmentation de la population et mode de vie de plus en plus consumériste ont généré un accroissement des déchets : en 2015 il était question de 5700 tonnes par jour ! Et le pays recycle à peine 1% des déchets produits… C’est très peu, et de toute façon le recyclage n’est qu’un pansement : il ne concerne que certains déchets et ne peut pas être illimité. Non, le plastique n’est pas fantastique, il se retrouve dans les Océans jusqu’à blesser gravement les animaux marins et atterrit souvent dans nos assiettes sous des formes diverses : poisson, sel… bref c’est moche tout ça.

Au lieu de pleurnicher sur ce constat, je vous propose des mesures concrètes que l’on peut adopter facilement pour limiter notre production de déchets.

“No pajilla por favor” : un réflexe simple à adopter !
Un restaurant jette en moyenne 42.000 pailles par an au Costa Rica. On peut tout simplement s’en passer, ou si vraiment on y tient, il est possible d’avoir toujours avec soi une paille lavable. Inox ou bambou sont deux alternatives possibles.
http://www.disaso.com/esp/pajillas

“No bolsita por favor” : un autre réflexe incontournable !
Que ce soit à la feria où chaque vendeur empoigne un sac plastique dès que l’on s’approche de son stand ou dans certains supermercados où à chaque caisse, en plus du caissier, il y a un carrément un type qui est payé pour mettre vos courses dans des sacs plastiques, on se rend compte à quel point le sac plastique est omniprésent.
Le plus simple : avoir un grand sac de courses comme ils en vendent au MaxiPali, ou un sac à dos, ou un cabas de mamie… et des sachets en tissu pour remplacer les sacs plastiques. Une couturière pourra facilement vous faire ça pour un prix tout à fait raisonnable. Pour ce qui est fromage à la coupe ou viande, nous venons avec notre tupperware.

Ne me prenez pas pour une gourde ! Mais utilisez-en une. 😉
Inox, verre avec un “pyjama” en crochet ou plastique sans BPA… de nombreuses options sont possibles et elles sont faciles à trouver dans de nombreuses boutiques du pays. L’essentiel c’est de l’avoir toujours sur soi. L’avantage, c’est qu’au Costa Rica l’eau est potable… donc facile à remplir à tout moment.

Voilà, cet article est synthétique, j’aurais aussi pu vous parler de :
– brosse à dent en bambou http://www.glanzcare.com/hydrophil-cepillos-de-dientes-biodegradables-de-ba.html
– coupe menstruelle https://www.facebook.com/melunacr/
– couches lavables http://www.bubucr.com/Inicio/index.html
ou https://www.facebook.com/AlvaBabyCR/ (ce sont celles que Sabbath utilise, elles sont très bien !)
– adopter le loofah pour faire la vaisselle (chez Macrobiotica)
– utiliser votre auriculaire sous la douche au lieu des cotons tiges,
– cuisiner au lieu d’acheter du tout fait
– faire son compost
– etc etc…

Prochainement je vais me lancer dans la saponification à froid (vaste sujet !) pour faire nos savons et shampoings solides et réduire encore nos déchets. Je vous raconterai ça ! 🙂

Bref il y a beaucoup à faire… et nous avons tous le pouvoir d’améliorer les choses. Je vous invite à commenter pour partager vos idées ou trouvailles en faveur d’une réduction des déchets.

 

Published by Gwenola

38 ans, bretonne à tendance baroudeuse, photographe et communicante, hédoniste convaincue, maman comblée, passionnée et enthousiaste !

2 thoughts on “Réduire ses déchets au Costa Rica (ou ailleurs)”

  1. Nina says:

    MERCI!! Je ne peux que te remercier, j’habite au Costa Rica et je t’avoue que j’ai du mal a me mettre au sans dechet, je sais aps pourquoi c’est pas si complique mais il faut sauté le pas! Merci beaucoup pour cet article!!

    1. Gwenola says:

      Avec plaisir ! 🙂 Le zéro déchet c’est pas pour maintenant mais on peut déjà réduire ! J’attends avec impatience que les magasins “sans emballage” arrivent au Costa Rica… (oui parce qu’à la feria on ne trouve pas tout)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *